Information touristique en Français

HISTOIRE

Des vestiges archéologiques, tels que des haches de pierre, témoignent d’une présence humaine à Viana depuis plus de 200 000 ans. Le monument le plus ancien de la commune est l’hypogée de Longar, situé à 9 km au nord de Viana, sur l’Alto de los Bojes. C’est une structure datée d’entre 2850 et 2500 avant J.C. qui servait de chambre funéraire.

Un autre endroit intéressant est la ville celtibère de Custodia, détruite pendant la guerre sertorienne entre 80 et 72 avant J.C. et qui pourrait avoir été Uarakos, la capitale de la tribu celte des Berones, devenue ensuite la ville romaine de Vareia. A l’époque médiévale, le territoire était organisé autour des anciennes villae romaines et la population était répartie dans de nombreux petits villages, comme Tidón, Cuevas ou Perezuela.

En 1219, le roi de Navarre Sancho VII El Fuerte appose son sceau sur l’acte fondateur de la ville nouvelle de Viana, nommé Privilège de l’Aigle. Les nouveaux habitants, paysans des alentours, s’installent rapidement autour de deux églises fortifiées protégées de solides remparts percés de quatre portes, bientôt suivis par des membres du clergé, des juifs, des soldats et des commerçants venus du sud de la France (Francos). Le Chemin de St Jacques emprunte la rue principale de la cité.

En 1423, le roi de Navarre Carlos III el Noble institue le titre de Príncipe de Viana  pour son petit-fils Don Carlos, dont il fait son héritier ; la ville en retire un prestige immense car désormais, tous les héritiers du trône porteront ce titre avant d’être couronnés. Aujourd’hui encore, le titre de Princesa de Viana est porté par Leonor de Borbón, héritière du trône d’Espagne.

En 1467 la reine de Navarre Doña Leonor confirme le statut particulier de la ville en lui accordant le titre de “Très noble et très fidèle”.

En 1507, Cesar Borgia, le célèbre soldat de la Renaissance italienne, connétable de Navarre, meurt à Viana, les armes à la main, alors qu’il défendait la cité d’une attaque castillane. Ses restes reposent sous une plaque funéraire de marbre placée devant l’église Santa María.

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, Viana connaît une période de croissance économique remarquable, de nombreux bâtiments de style renaissance et baroque sont alors érigés, qui modifient en profondeur le paysage urbain.

En 1630, le roi d’Espagne Felipe IV accorde à Viana le titre de Villa qui lui assure de nouveaux privilèges.

En 1808, les troupes napoléoniennes s’emparent de la ville et installent leur quartier général dans l’église San Pedro, emplacement stratégique s’il en est.

Les différentes guerres carlistes du XIXe siècle précipitent le déclin économique de Viana. L’église San Pedro et le château sont détruits.

Au début du XXe siècle, la reprise économique est difficile. La guerre civile de 1936 et l’exode rural entraînent une diminution de la population.

A partir de 1964, le programme de développement industriel de la Navarre facilite en revanche l’installation de nombreuses usines. A la fin du XXe siècle, Viana compte trois zones industrielles regroupant plus de 90 entreprises. La ville se dote d’équipements à vocation sociale affirmée : foyer pour personnes âgées, centre de santé local, centre sportif, auberge de pèlerins et nouvelle Maison de la Culture. Bien que le XXIe siècle vienne à peine de commencer, il est déjà possible de parler de progrès socio-économiques : la majeure partie du patrimoine de la ville a été restauré et de nouveaux équipements ont vu le jour, tels le Centro Municipal, le centre de loisirs Princes of Viana ou le Centro Cultural Navarro Villoslada.

LES MONUMENTS

EGLISE SAINTE MARIE

Construction gothique du XIIIe siècle aux dimensions de cathédrale, dotée d’un magnifique retable de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le déambulatoire, la sacristie, la salle capitulaire, le chœur sont dignes d’intérêt, tout comme l’ensemble des retables des XVI-XVIIIe siècles qui ornent la plupart des chapelles latérales. Les peintures de Luís Paret et les collections de livres de chants, de chasubles, de pièces en métal précieux ou de reliques, en font un véritable musée. La façade extérieure sud est un exemple intéressant de retable en pierre de style renaissance. Au sol, on peut remarquer la tombe de Cesar Borgia.

EGLISE SAINT PIERRE

Église gothique du XIIIe siècle, elle conserve seulement une partie des murs d’origine et un portail baroque. Victime d’un effondrement en 1844, cette église fortifiée servit de quartier général aux troupes napoléoniennes d’abord, puis aux deux camps ennemis lors des guerres carlistes. Derrière le bâtiment, depuis le parc de San Pedro, on peut découvrir un superbe panorama sur la vallée de l’Ebre

MAIRIE

Construction baroque de 1688 attribuée à Juan de Raón, dont la façade sobre et élégante fait tout l’intérêt. Restaurée et agrandie en 2004, elle abrite le buste de la sainte patronne, María Magdalena, dans la salle du conseil. Elle conserve dans ses archives le Privilège de l’Aigle, acte fondateur de la cité en 1219.

MAISON DE LA CULTURE

Ancien hôpital civil des pèlerins appelé Notre-Dame de Grâce construit au XVe siècle. Après avoir été utilisé comme chapelle par la Fraternidad de la Vera Cruz, c’est aujourd’hui la Maison de la Culture.

BALCÓN DE TOROS

Palais baroque du XVIIe siècle, également construit par l’architecte français Juan de Raón afin de servir de loge d’honneur pour les autorités municipales lorsqu’elles président les corridas de la place du Coso.

COUVENT DE SAN FRANCISCO

Couvent baroque construit au XVIIe siècle. Occupé depuis le XIXe siècle par les Filles de la Charité, il abrite désormais la maison de retraite.

LE CHEMIN DE SAINT JACQUES

Le Chemin de St Jacques entre dans le centre de Viana par la porte de la Trinité, passe par la Rua de Santa María et la rue Navarro Villoslada, pour quitter la ville par la porte de San Felices.